Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Iredey Blog Emergence

YAYI BONI :Une Présidence Pkayo ...désacralisée !

23 Avril 2015 , Rédigé par Arimi Choubadé

Voici comment l'Homme de Tchaourou ridiculise la Présidence Béninoise*....

Traduit du Fongbé cela donne : "C’est moi", "me voici". Une formule par laquelle le chef de l’Etat a lancé la personnalisation de la campagne des législatives 2015 à travers une de ses envolées lyriques débridées dont il a le secret. Devant une foule médusée, le président de la République s’était lâché, se substituant carrément à tous les candidats de son regroupement politique Fcbe. A propos des candidats de la liste de son regroupement politique, Fcbe, Yayi BONI déclare : "ne les regardez pas, ne regardez que moi". S’ensuivit une rhétorique volontairement tournée vers un égocentrisme décapant jamais vu sous le renouveau démocratique. L’orateur lui-même se présente en effet comme le centre de tout ; il est l’eau potable, l’électricité, les routes, la césarienne gratuite, les micro crédits etc... Il est l’alpha et l’oméga de la République ; la vie, le bonheur de tous les citoyens. Il prétend même avoir le pouvoir d’écraser tous ceux qui se trouvent en travers de son chemin. Le privilège d’être président de la République, chef de l’Etat, chef du gouvernement, chef suprême des armées, chef de la majorité présidentielle.


Mais le discours présidentiel ne s’était pas borné à cette exaltation de soi. Il s’était également musclé au fur et à mesure pour s’achever sur une série d’injures à l’endroit des quelques opposants. Morceaux choisis : bandit de jonquet, voyou, trop petit... En échos, c’est un ministre qui surcharge des plateformes de camion avec de petits enfants vers Covè et Za-Kpota utilisés pour perturber des meetings de candidats rivaux. Si ce n’est l’hélicoptère présidentiel en opération de divertissement des réunions politiques d’opposants. Ou carrément la garde présidentielle qui prend en chasse les petits bambins qui s’amuseraient à agiter des affichettes hostiles au chef de l’Etat. Ne parlons pas des pannes sauvages d’électricité à chaque passage télévisé programmé d’un adversaire politique. Yayi a décidé d’accélérer le processus de désacralisation de la fonction présidentielle en ménageant les "siens" du Bénin profond pendant que les autres devraient subir le courroux du chef.


En exhortant les électeurs à ignorer les candidats Fcbe et ne considérer que lui, Yayi BONI, le chef de l’Etat pensait protéger les siens. La manœuvre n’aurait de sens que si lui-même Yayi avait vraiment bénéficié de la confiance des électeurs en 2011 et qu’il n’y avait pas eu le coup de pouce des annulations de tous les procès verbaux d’huissiers, la violation des scellés des urnes dont le transport avait été confié à l’armée ou les effets des fameux bulletins pré estampillés. Une manière de faire croire qu’il disposerait d’une aura certaine traduite dans les urnes par les K.O électoraux de 2011. Sur le terrain, ce sont les candidats Fcbe qui finissent par se rendre compte de la farouche détestation des populations vis-à-vis de leur chef hyper présent. La campagne leur aurait été plus simple, en effet, s’ils n’étaient pas obligés d’assumer les frasques présidentielles.


Si Yayi revendique, à titre personnel, des réalisations opérées sur le budget national, il ne pourrait pas échapper aux nuisances des faux placeurs d’argent amis de son régime, aux délestages inhumains, aux scandales politico-financiers, aux crimes économiques de tout acabit commis sous son règne. Apparemment, tous les candidats yayistes n’avaient pas envisagé aborder la campagne sur fond de bras de fer et d’invectives comme les y contraignent les propos du chef de l’Etat. En se livrant au jeu d’attaque-défense, le prestige présidentiel s’est considérablement affaibli affectant du coup tous les supporters du régime. La barque Fcbe fonctionne désormais comme un bateau ivre conduit par un chef qui voit des adversaires partout et dont la posture est tournée en dérision dans toutes les causeries. La mode chez la plupart des observateurs de la campagne, c’est la ruée vers les derniers quolibets envoyés au roi "nu". La palme de la réplique la plus foudroyante revenant au député Candide Azannaï.


Pauvres candidats Fcbe !!!


Par Arimi Choubadé

* Sous titre et titre ajoutés par IBE

Lire la suite

Ne vote jamais FCBE .....

18 Avril 2015 , Rédigé par ibe_master

Ne vote jamais FCBE .....

Cher Peuple béninois,

Je suis béninois, ancien prisonnier politique sous la dictature du PRPB.

Face à la mal gouvernance du Bénin qui perdure je suis bien fondé pour te lancer cet appel patriotique.

Depuis l'indépendance nominale de ton pays, le Bénin, en 1960 tu n'as pas cessé de lutter pour ta véritable libération de la domination étrangère. Mais tu as été plusieurs fois frustré des fruits de tes luttes par des coups d'Etat militaires.

La Conférence Nationale de 1990 était certes un pas en avant dans la voie de l'instauration de la démocratie au Bénin. Mais en vérité, face à la montée de tes combats, c'était une nouvelle parade des grandes puissances étrangères et de leurs complices béninois pour t'empêcher de prendre le pouvoir à travers tes fils et tes filles qui ont combattu vaillamment le régime du PRPB. Cette vérité sur ce complot ourdi contre ta lutte t'a été longtemps cachée. Tu as continué de subir la mauvaise gouvernance de ton pays jusqu'à présent.

Peuple béninois,

Pour te relever et aller de l'avant il est nécessaire pour toi d'instaurer une Nouvelle Gouvernance débarrassée de la corruption, de détournements des fonds publics, de l'injustice, de la confiscation des libertés démocratiques chèrement conquises, de la soumission aux puissances d'argent intérieures et extérieures.......

Pour atteindre ce but tes véritables alliés ne sont pas ceux et celles qui ont profité et continuent de profiter du régime de mauvaise gouvernance, et qui sans honte tentent de se blanchir, de s'innocenter aujourd'hui à tes yeux. Ils se présentent à toi comme des personnes aux mains propres à élire députés. Ces profiteurs et profiteuses crient au voleur alors qu'ils sont tous comptables de l'échec du système d'exploitation et d'oppression dont tu es victime.

Peuple béninois, ne te trompe pas sur ces caméléons qui savent changer de couleur, habiles qu'ils sont à retourner leur veste quand leur système de mauvaise gouvernance a échoué.

Pour instaurer une Nouvelle Gouvernance dans ton pays il importe de commencer par porter au pouvoir des femmes et des hommes qui ont prouvé leur patriotisme, leur courage, leur esprit de sacrifice, leur probité, et leur engagement dans la lutte pour la défense de tes intérêts.

Ces femmes et ces hommes sont notamment parmi tes filles et tes fils qui ont combattu le régime dictatorial du PRPB. Ce sont eux qui sont tes véritables alliés dans ta lutte pour le développement du Bénin et pour ton émancipation.

Ces vaillants combattants sont toujours là au milieu de toi, se battent pour que tu commences par les porter au pouvoir afin de mieux faire entendre ta voix à l'Assemblée Nationale dès l'élection législative du 26 avril 2015. Avec eux à l'Assemblée Nationale tu amorceras l'instauration d'une Nouvelle Gouvernance pour ton pays. C'est la voie d'un avenir meilleur.

Peuple Béninois, ce sont donc pour ces vaillants combattants de la liberté qu'il est opportun et bénéfique de voter massivement le 26 avril 2015, en attendant de poursuivre dans cette même lancée lors des autres échéances électorales qui suivront. Ils sont candidats à cette élection législative du 26 avril 2015, inscrits sur la liste de :

ALLIANCE POUR UNE NOUVELLE GOUVERNANCE (ANG).

Je t'exhorte donc à soutenir le Programme de l'ANG en votant massivement pour ses candidats à l'élection législative du 26 avril 2015.

Plusieurs d'entre eux ont subi de la part du pouvoir du PRPB selon les cas : emprisonnement et tortures (morales et physiques), exil forcé, vie clandestine dans leur propre pays le Bénin, etc. Ainsi furent traités par exemple WAOUNWA H. Thérèse, QUENUM Fidèle, SERO Jean-Pierre, AFOUDA Fulgence, HOUNDANTODE Z. Justin, AKOUEDJINOUDE A. Romuald, ZOUNON Kokou, BAPARAPE Aboubakar, KOUDOKPO K. Paul, AGNANKPE Gbétondji Luc.

Peuple béninois, fais d'eux le 26 avril 2015 tes DÉPUTÉS DE TYPE NOUVEAU.

Vaillants combattants de la liberté, ne vous laissez pas intimider par des marchands d'illusions perdues qui achètent la conscience du peuple après l'avoir spolié de ses richesses. Ils ne gagnent les élections que par leurs mensonges et leur argent d'origine suspecte.

Car votre arme puissante contre eux, c'est la vérité sortant de votre bouche. N'occultez aucune vérité pour les démasquer aux yeux du peuple.

Électeurs de l'ANG, certains vous accuseront d'avoir été corrompus par vos candidats. Ne craignez pas les diffamations. Demandez leur de justifier par preuves incontestables la source des dizaines de millions de franc CFA par lesquels ils achètent la conscience du peuple. N'est-ce pas leur butin acquis à la faveur de leur mauvaise gouvernance du Bénin?

A leurs provocations répondez sans insulte par votre sang froid et votre lucidité, par la vérité, par la force de vos arguments pertinents et percutants.

Peuple Béninois, ce sont donc pour ces vaillants combattants de la liberté qu'il est opportun et bénéfique de voter massivement le 26 avril 2015, en attendant de poursuivre dans cette même lancée lors des autres échéances électorales qui suivront. Ils sont candidats à cette élection législative du 26 avril 2015, inscrits sur la liste de :

ASSURÉMENT NOUS POUVONS GAGNER.

Ce qui se traduit en yorouba par : DAJUDAJU A LE SHEGUN (prononcer : dadjoudadjou a lé shègoun).

Docteur Afolabi Amos BIAOU

France

Lire la suite

YAYI BONI trompe le peuple béninois ....

3 Avril 2015 , Rédigé par ibe_master

Jacques AYADJI rend Yayi responsable des déconvenues qu’engendrerait le désordre en cours. Lui c'est le premier Secrétaire général adjoint du Syndicat national des travailleurs de l'administration des transports et des travaux publics (Syntra-TTP) et porte-parole du bureau exécutif national, Il a accordé ce mercredi une interview à la radio Soleil Fm.

Dans cette interview d’une dizaine de minutes, l’ingénieur des travaux publics qui intervenait au nom du syndicat a dénoncé les lancements de chantiers et poses de première pierre devenus quasi quotidiens en cette veille d’élections. Il a également fait savoir que la plupart de ces chantiers, précisément les chantiers de la route Houégbo-Toffo, de l’autoroute Carrefour Sèmè-Porto-Novo et des échangeurs des carrefours Vèdoko et la Béninoise, sont sans financements et sans études de faisabilité. Aussi, Jacques Ayadji a-t-il prévenu du « désordre » sur certains chantiers, notamment Houégbo-Toffo et Zè-Tangbo. Lire ci-dessous publiée l’intégralité de son entretien.

Soleil Fm : Nous avons vu le chef de l’Etat lancer plusieurs infrastructures, notamment routières tous azimuts. A quoi tiennent tous ces travaux ?

Jacques Ayadji : Je pense que je vais partir même d’une déclaration publique du chef de l’Etat à Dowa, si je ne m’abuse, où il a fait l’aveu public qu’il trompe le peuple en même temps que tous les politiciens. Parce que je l’ai entendu dire : « Nous trompons le peuple, nous les politiciens ». Et j’estime, au nom du bureau exécutif dont je suis le porte-parole, que ces lancements rentrent en ligne de compte de ces tromperies du peuple dont le chef de l’Etat se réclame.

>> Corruption : 79% des béninois désapprouvent le gouvernement Yayi

Jacques Ayadji, il y a trois chantiers essentiels. Le chef de l’Etat a lancé Houégbo-Toffo. Est-ce que les études sont faites ? Est-ce que le financement existe ?

D’abord, je peux dire sans ambages que c’est du faux. Je le dis et je prends l’opinion publique nationale et internationale à témoin pour dire que le chef de l’Etat organise la tromperie du peuple. Sinon la route Houégbo-Toffo, c’est une route qui est en chantier aujourd’hui. On est en train de faire l’entretien périodique financé par le fonds routier. L’entreprise qui est sur les travaux n’a pas encore livré le chantier, même si elle a dit qu’elle a fini et a demandé un constat d’achèvement des travaux. La réception n’a pas encore eu lieu. Et le chef de l’Etat a dépêché sur le terrain une entreprise pour en faire le bitumage. Alors, le chef de l’Etat est en train de nous préparer à un conflit. Parce qu’on n’a pas encore soldé le marché de l’autre entreprise qui a travaillé,, on n’a pas encore clôturé le marché. C’est un projet qui n’engage pas l’administration des transports terrestres et des travaux publics.

Est-ce que les études ont été faites ?

Non, non. Pas du tout. C’est vrai que nous devançons les études et ça avance. Il faut que ça arrive à l’étape d’avant-projet détaillé avant qu’on ne parle d’études bouclées. Nous n’en sommes pas là. La belle preuve est que je vous ai dit tout à l’heure que la route est en chantier financé par le fonds routier pour son entretien périodique, c’est-à-dire la mettre en bon état de service par rapport à sa nature actuelle de route en terre. Par conséquent, si le gouvernement savait qu’on allait bitumer cette route-là rapidement comme le chef de l’Etat l’a dit que ça va se faire en un temps record, pourquoi avoir mis des centaines de millions pour faire ce travail-là. Je veux dire ici que ces travaux-là n’engagent en rien l’administration routière. Et lorsque je parle d’administration routière, je parle des cadres et directeurs techniques qu’il y a au niveau du ministère et qui sont membres de notre syndicat. Le chef de l’Etat ne va pas poser des actes unilatéraux pour que demain on les interpelle.

Donc l’Etat lui-même ne dispose pas de fonds ?

Non, non. On a dit que c’est l’entreprise elle-même qui ira chercher les fonds. Elle cherche les financements et réalise elle-même les travaux. Elle met une partie du financement à la disposition des cadres du ministère pour recruter un bureau de contrôle et c’est à la fin que nous allons la rembourser. Est-ce que le gouvernement a les prérogatives d’engager le Bénin dans un processus de prêt sans passer par l’Assemblée Nationale ?

Et vous estimez que ce lancement est aussi une supercherie ?

C’est la même chose. Ça rentre dans la tromperie. De la même manière cet axe-là est aussi en chantier. L’entreprise qui est sur cet axe-là a fait des travaux que nous n’avons pas encore pris en compte. Alors le chef de l’Etat déverse la même entreprise et dans les mêmes conditions où c’est elle-même qui ira chercher les financements et que nous allons rembourser après. L’entreprise va et le premier jour le chef de l’Etat lance les travaux, on amène des bulldozers pour détruire les travaux que l’autre entreprise a faits alors que nous n’avons pas encore payé cette entreprise. Aujourd’hui nous sommes obligés d’envoyer un huissier sur le chantier pour aller faire le constat du désordre qui est organisé sur le terrain. Parce qu’on ne sait pas comment séparer les deux maintenant ? Une entreprise fait des travaux, on n’a pas encore payé, on n’a pas encore fait le constat de ces travaux, vous envoyez un bulldozer pour aller détruire tout ça. Comment on va payer ? Même si on arrive à payer l’entreprise, cela veut dire que c’est l’argent du fonds routier que nous avons gaspillé.

Et le chef de l’Etat met là une entreprise qui ne sera présente sur le chantier que jusqu’aux élections législatives. Parce que c’est une manœuvre pour tromper le peuple pour leur montrer que c’est maintenant nous allons travailler pour vous. Demandez à l’entreprise sur la base de quel plan elle est en train de travailler ? Sur la base de quel dossier d’exécution, elle est en train de travailler ? Et quel est le bureau de contrôle qui est en train de la surveiller ? Vous ne trouverez rien. Demandez à cette entreprise quel est le contrat qu’il y a entre elle et l’Etat béninois ? Vous ne trouverez rien. Nous sommes en train de dire aujourd’hui que les travaux qui sont en train d’être lancés comme ça, le seul responsable c’est le chef de l’Etat et peut-être son ministre.

Jacques Ayadji, vous dénoncez là des travaux sans lendemain. C’est le même cas pour le dédoublement de la route carrefour Sèmè-Porto-Novo ?

C’est exactement la même chose. On a amené un groupe français. Quelle est l’étude qui a été faite ? Ce projet va coûter combien ? Le chef de l’Etat a eu plusieurs occasions depuis 2006 pour dédoubler cette voie. Mais chaque fois que les financements sont obtenus, chaque fois que les ministres successifs essaient de se frayer un chemin pour avoir des financements pour ce tronçon-là, on détourne ces financements-là vers des axes routiers dans la partie septentrionale. Moi je suis surpris de constater que c’est maintenant que le chef de l’Etat veut se montrer proche des populations de l’Ouémé-Plateau. Si le chef de l’Etat était proche, on a eu plusieurs occasions pour aménager ce dédoublement qui a été commencé par le gouvernement Kérékou. On n’a pas fait la deuxième voie parce qu’on a vu que ce deuxième côté de la route est un côté très instable. C’est un marécage. C’est pourquoi on a mis des tonnes et des tonnes de sable qu’on a décidé d’observer pendant des années jusqu’à ce que le sol se stabilise avant qu’on ne passe pour mettre la route. Cela veut dire que c’est une bêtise aujourd’hui de dire qu’on est en train de poser la première pierre de ce tronçon. Parce que cela a déjà commencé.

L’argent n’est pas disponible ?

Il n’y a pas. Parce qu’on a dit que c’est un groupe qui va faire en BOT.

Mais c’est la meilleure façon de faire le partenariat public-privé non ?

D’abord quel est le cadre légal dans lequel nous sommes en train de faire ça ? Pourquoi on n’a pas fait ça depuis longtemps ? Je dis aux populations de l’Ouémé et du Plateau que le gouvernement Yayi a eu plusieurs occasions d’aménager ce tronçon de route. Mais chaque fois qu’on se fraie le chemin pour avoir les financements, ces financements sont automatiquement détournés vers des axes routiers au niveau de la partie septentrionale. Pourquoi c’est maintenant qu’on amène un BOT ? Moi je ne comprends pas. Il faut que les gens arrêtent de tromper le peuple mais il faut quand même saluer le chef de l’Etat d’avoir eu l’honnêteté de reconnaître à la face du monde qu’il fait partie de ceux qui trompent le peuple et moi je ne fais que classer ces lancements-là dans la tromperie du peuple.

Le président de la République a parlé de deux échangeurs. L’un au carrefour la Béninoise et l’autre au carrefour Vèdoko. Ce sont des infrastructures qui devaient soulager les usagers ?

Oui, je suis d’accord que ça va soulager les usagers mais quelle est la priorité ? Et quel est le type de financement ? Est-ce que le gouvernement seul est capable d’aller endetter le pays comme cela avec des partenaires en BOT ? Moi, je peux reconnaître qu’au niveau du carrefour Sica-Toyota, il faut faire quelque chose. Mais il faut dire que c’est au moment où on faisait le passage supérieur de Houéyiho qu’on aurait pu étudier ensemble les deux carrefours. On ne l’a pas fait. Maintenant on le fait parce qu’on est à la veille des élections ? Je vous dis que c’est du pipeau. Il n’y a rien dans cette affaire. Au niveau de la Béninoise, ce n’est pas urgent. Est-ce que le chef de l’Etat en lançant ces trucs-là, a expliqué au peuple béninois les coûts sociaux ? Parce que faire un échangeur-là, vous ne savez pas combien de maisons seront rasées ?

Les populations seront-elles dédommagées ?

Il faut leur dire. Pourquoi on n’a pas encore matérialisé les domaines qui seront frappés ? Quel serait le sort de la Sobebra après cet échangeur-là ? Je dis aux populations que ce sont des lancements purement électoralistes. Et ces travaux vont s’achever en même temps que les élections législatives. Le chef de l’Etat est à la quête de 50 députés pour la révision de la Constitution et je crois que c’est cela qu’il est en train de faire. A Toffo, il faut aller gêner l’Union fait la nation à travers les députés Eric Houndété dont a dit qu’on fera tout pour qu’il ne réussisse pas. Lorsque vous allez à Zè, c’est Aditi Houdé avec son AND qui gêne. Il faut faire quelque chose pour tromper les populations. Lorsque vous allez dans l’Ouémé vous savez que c’est le PRD. Et c’est maintenant que le chef de l’Etat est en train de faire des parcs d’attraction au niveau de Porto-Novo. C’est maintenant qu’il veut faire la deuxième voie pour aller à Porto-Novo avec un nouveau pont pour franchir la lagune de Porto-Novo. J’apprends même qu’on va faire une voie routière jusqu’à Sakété. Non. Tout cela c’est du pipeau. Comme le chef de l’Etat l’a dit, il faut que les politiciens arrêtent de tromper le peuple. Je pense que vous avez bien compris et que vous nous aiderez à dire au peuple que ce qui se fait là, n’est pas le fait des cadres du ministère. Du Secrétaire général du ministère jusqu’au dernier planton en passant par les cadres techniques, personne n’est lié ni de près, ni de loin à ces lancements. C’est un diktat du chef de l’Etat. Si cela amène un problème demain, il faut qu’il soit le seul à en répondre. Son ministre peut être solidaire avec lui mais à part le ministre, les autres sont en train de subir comme nous.

Réalisation: Soleil Fm
Transcription : Yao Hervé Kingbêwé

Lire la suite