Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Iredey Blog Emergence

C'est pour quand la fin de la recréation au Bénin ?

12 Novembre 2014 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Actualités

Le calvaire des usagers entre Cotonou - Porto Novo

Contre productif, anti-progrès et inconfortable ....

 

30 kilomètres. C'est la distance qui sépare Porto-Novo, la capitale politique et administrative du Bénin de Cotonou, la capitale économique. Comment expliquer que cette distance, pour différentes raisons qui mériteraient d'être circonscrites au plus tôt, est souvent couverte en deux, voire trois ou quatre heures ? C'est contreproductif. C'est anti-progrès. C'est   inconfortable.

Il y a une défaillance notoire dans la chaîne des responsabilités. Cela ne tourne pas rond au niveau du ministère chargé des Transports et des Travaux publics. Cela ne fonctionne pas bien au niveau des autorités communales concernées. Cela disjoncte au niveau de la kyrielle des organisations de la société civile commises à la défense des intérêts des citoyens. Cela ne bouge pas du côté des citoyens-usagers directement concernés pourtant. Il n'y a pas de salut par procuration.

Les 30 km de voie, séparant Porto-Novo de Cotonou, constituent un test, grandeur nature, de gouvernance pour le Bénin. Ou tout rentre dans l'ordre et nous gagnerons nos galons de bons gestionnaires de la chose publique. Ou la pagaille actuelle persiste et se poursuit et nous démontrerons, aux yeux du monde entier, notre incapacité à nous autogérer.  

La voie Porto-Novo-Cotonou a une histoire. Laquelle se lit plus comme un roman noir que comme un roman d'amour. Il faut toutefois saluer ceux qui, anticipant le pire, ont jugé utile, il y a une dizaine d'années, de transformer l'ancien sentier goudronné, de l'époque coloniale, en une chaussée à double voie, avec une piste cyclable. Malheureusement, l'exercice n'est pas allé à son terme. Il s'est effiloché en une symphonie inachevée. La double voie, partie de Cotonou, s'est refusé d'achever triomphalement sa course dans notre capitale. Elle a stoppé, toute essoufflée, son bel élan de départ à Sèmê-Podji, à 10 kilomètres de la ligne d'arrivée.

On peut invoquer toutes les raisons pour expliquer et justifier cette défaillance. Mais pourquoi, depuis dix ans, nous vivons assis, sinon, couchés sur l'acquis, sans la moindre volonté d'améliorer l'existant ? Cela est à comprendre comme le déficit notoire d'ambition, avec les équipes dirigeantes qui se suivent. C'est le refus de faire fructifier nos talents, la paresse d'ajouter un maillon de plus à la chaîne de la construction nationale.

Par ailleurs, la chaussée ne bénéficie d'aucun soin particulier. Le mur de béton qui sépare les voies subit, mais sans suite pénale, les outrages des conducteurs indélicats. Personne n'est inquiété. Rien n'est réparé. Tout se dégrade et se détériore. Dans l'indifférence générale. On a cru bon parer la voie, dès sa livraison, d'un chapelet de poteaux électriques. Mais de lumière point. Qui trompe-t-on ou de qui se moque-t-on ?

Regardez, par ailleurs, le poste de péage. Flambant neuf à son inauguration, il a pris depuis de vilaines rides, la moindre once de peinture n'étant venue en égayer la façade. On est davantage soucieux de l'argent qu'il rapporte. Tant que marche le tiroir-caisse, le client-usager peut attendre. A ce poste de péage bien singulier, contrairement à ce qui se fait ailleurs, on ne se soucie ni d'affluence ni d'urgence. Le poste fonctionne à son rythme et selon le bon vouloir de ses gestionnaires. Mais vous n'êtes pas au bout de vos malheurs, sur cette voie de 30 km de toutes nos misères. L'insécurité y a solidement établi son quartier général. L'indiscipline y est criarde. Je te double à gauche. Je te bloque à droite. Double file par-ci. Triple queue par-là. La voie se transforme alors en un entonnoir qui va se rétrécissant. Au finish, elle ne laisse passer personne. Et les jours où les véhicules d'occasions dits "venus de France" s'en mêlent, c'est la totale. Bonjour le désordre !

Regardez, enfin, la série de dos de chameaux ou de dromadaires qui tiennent lieu de ralentisseurs, de Djrègbé à l'entrée de Porto-Novo. Ce sont six kilomètres de course à obstacles. Cela casse les engins. Cela entraîne la détérioration rapide de la voie. Les années passent. L'inconfort et les désagréments durent. Et il n'y a personne pour siffler la fin de ce jeu malsain. N'est-il pas temps qu'une voix s'élève pour signifier que notre pays, qui aspire à la modernité, ne mérite pas ce spectacle d'un autre âge ? Et dire que nos honorables députés sont au nombre des grands abonnés à cette voie. Une légende, bien de chez nous, nous instruit : c'est peine perdue d'attendre quelque chose d'un singe qui ne veut rien voir, rien dire, rien entendre

 

Lire la suite

M. DETCHENOU demande l'arrêt des travaux du COS LEPI

5 Novembre 2014 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Actualités

La suspension du COS LEPI et la mobilisation générale contre le pouvoir pour le Front de Antoine DETCHENOU

 

Depuis quelques semaines, le Peuple Béninois vit avec beaucoup d’appréhension l’impasse politique dans laquelle est plongé le Pays du fait du non respect des échéances électorales provenant de la carence du COS-LEPI, et du comportement tragi-comique du Président de la République dont les déclarations aussi contradictoires qu’incohérentes sont cause de la grande confusion génératrice de l’impasse actuelle. 

La situation actuelle est donc l’illustration la plus évidente de l’échec de M Boni YAYI, de son incompétence et de son incapacité à diriger le pays. La vérité qui apparait à travers tout cet imbroglio est l’évidence du complot ourdi par M Boni YAYI pour se perpétuer au pouvoir. Le complot éventé explique aujourd’hui toutes les déclarations d’un homme qui ne sait à quel Saint se vouer et qui accuse pêle-mêle les Institutions qu’il a enrégimentées, muselées, régentées. Comble du désarroi de M Boni YAYI, la dernière rencontre avec les membres des institutions pour sortir de l’impasse, alors qu’il avait affirmé qu’une concertation nationale réunirait tous les acteurs politiques. Le Front Citoyen pour la Sauvegarde des Acquis Démocratiques suit avec beaucoup d’intérêt le psychodrame qui se joue aujourd’hui’. Il affirme qu’il rejette toute sortie de crise unilatérale venant du gouvernement et de ses suppôts.

Il réaffirme sa position de toujours :

1. La suspension des travaux du COS-LEPI, suspension rendue plus nécessaire en raison des mensonges répétés dont nous a abreuvés le Président du COS-LEPI, des querelles intestines qui ruinent cet organe et qui lui enlèvent toute crédibilité. Le COS-LEPI doit être suspendu pour cela seul qu’il a caché une grande vérité au Peuple, car il n’a jamais avoué que la LEPI dont il est chargé de la correction n’existe ni légalement, ni techniquement, ni matériellement.

En faisant l’économie de cet aveu, le COS-LEPI s’est arrogé le droit d’établir une nouvelle liste électorale, opération frauduleuse que ne lui permet pas la loi qui l’a créé.

2. Aussi, le Front Citoyen s’indigne t-il de la rallonge financière de 3 milliards consentie au COS-LEPI. Cette rallonge est un scandale dont répondra le pouvoir actuel.

3. Le Front Citoyen réaffirme sa proposition d’une loi dérogatoire et va transmettre au Parlement le projet de loi dérogatoire élaboré par lui, dans l’espoir que le Parlement, Institution de contre-pouvoir, récupérant son autonomie vis-à-vis de l’Exécutif, étudiera avec soin ce projet ainsi que d’autres projets qui lui parviendront de la part d’autres acteurs politiques.

4. Le Front réitère sa proposition d’une liste électorale ad hoc. En son temps, à son heure, le Front explicitera ses idées là-dessus.

Devant l’entêtement du pouvoir à persévérer dans son attitude de monopole politique, le Front Citoyen lance un appel à tous les acteurs politiques pour que, après s’être saisi de la parole qui lui était confisquée par le pouvoir, ils se mobilisent maintenant pour créer un cadre de concertation ponctuel qui étudiera et proposera la solution de sortie de crise.

Et c’est pourquoi le Front donne son plein accord au cadre de concertation que cherche à conduire l’Observatoire Chrétien Catholique de la Gouvernance. Le Front Citoyen est donc favorable à la création de ce cadre qui doit accueillir, tout acteur politique qui désire lui appartenir.qPeuple Béninois, et vous tous acteurs politiques, saisissons notre destin aujourd’hui, à l’exemple du peuple Burkinabè, débarrassés de la duplicité et du mensonge, ceints du baudrier de la vérité, armés de la cuirasse de la foi en notre Pays.

 

Le Président du Front Antoine Robert DETCHENOU

 

Lire la suite