Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Iredey Blog Emergence

LETTRE DE GABA JONAS A Moise ATCHADE et Samuel ALAMOU

22 Mai 2010 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Actualités

LETTRE DE GABA JONAS A Moise ATCHADE et à Samuel ALAMOU
Samedi 22 Mai 2010
A mes frères Mossé ATCHADE et Samou ALAMOU,
Qui peut un seul instant douter de votre amour pour la ville de Kilibo et sa population?
Qui peut dire que vous ne vous êtes pas engagés résolument pour servir courageusement et avec abnégation cette population qui bascule aujourd'hui dans la violence fratricide?
Mon Cher frère Moïse, je me souviens encore d'une de nos causeries quand tu étais chez moi à Auxerre. Ta volonté et ta farouche détermination se résumaient en ces mots: "Que toutes les ressources financières servent effectivement à la ville de Kilibo et à sa population et non à une minorité d'individus qui s'en accaparent et profitent égoïstement. Et il faut que des gens valables défendent les intérêts de la Région Shabè sur le plan national" Ces mots qui forcent le respect, résonnent encore dans ma tête.
Pour atteindre ses objectifs , il faut s'armer de courage, d'un courage titanesque car les intérêts en jeu sont très importants.Et tu t'y es mis avec beaucoup de détermination et de sacrifices. Ces objectifs ne sont-ils pas ceux de Fofo Samou?
Cette lutte n'est-elle pas menée par Fofo Samou?
A mon cher fofo Samou que ma grand-mère Iya Ambê aimait appeler affectueusement Oba èdè.
Beaucoup de ceux qui te connaissent peuvent confirmer avec force que depuis plusieurs années tu t'es engagé dans cette lutte de la défense des intérêts des élèves et étudiants, de la population de notre région. Président de AEESS( Association des Elèves et Etudiants de la Sous-Préfecture de Savè), membre du bureau d'ODOKOYA, tu étais dans toutes les luttes contre l'exploitation de nos populations. Tu prenais des initiatives pour nous donner l'envie et le goût de lutter, de devenir des révolutionnaires. La valorisation de la cul
ture tchabè était une de tes préoccupations. C'est dans ce sens que tu avais instauré l'apprentissage du yorouba au même titre que les matières scolaires pendant les cours de vacances. Avec les grands frères ASSOUMA Karim, KABA Joseph et la soeur MONGADJI Anne-Marie, tu développais en nous l'esprit de sacrifice, la vie associative et surtout  la volonté de lutter aux côtés de nos populations en privilégiant l'intérêt général à l'intérêt particulier. Dès 15ans nous voulions être comme toi et comme les Grands Frères, Azaria FACORODE, Afolabi BIAOU... tant on était admiratif de votre volonté farouche à défendre les causes de nos populations régionales et nationales.
Bref pour revenir à l'essentiel, je continue de me poser cette question.
Pourquoi mes frères Samou et Mossé- aguerris par cette volonté de servir nos populations-s'opposent-ils? Je ne comprends pas, vraîment je ne comprends pas. Suis-je naïf ? Peut-être.
Je ne comprends pas que ces deux frères avec les grandes qualités qui les caractérisent et les mêmes objectifs pour nos populations puissent devenir des Chiens et Chats (excusez-moi les termes). Suis-je vraîment naif à ce point pour ne pas comprendre? Aidez-moi à comprendre. Sont-ce les divergences politiques? Sont-ce les ambitions personnelles?Ou quelqu'un a-t-il "pris" la femme de l'autre? Je veux bien comprendre.
Mes chers frères Mossé et Fofo Samou
Imaginez un seul instant que vous travailliez ensemble,
Imaginez un seu instant que vous mettiez en commun le dynamisme de l'un et les expériences de l'autre,
Imaginez que depuis plusieurs années vous ayiez oeuvré en symbiose pour cette population qui vous tient à coeur,
Que serait Kilibo aujourdhui?
Une ville belle et paisible où règneraient la paix et la joie de vivre.
Fofo Samou, tu nous as enseigné à faire toujours la critique et l'auto-critique de tout acte posé, de toute action. Il est grand temps que Mossé et toi le fassiez , que nous le fassions tous.
Si nous ne sommes pas responsables de l'acte de barbarie qui a coûté la vie à deux frères, nous y avons contribué de façon indirecte ou inconsciemment; je dis bien nous tous ( Jayéola, Gédéon, Mossé, Fofo Samou, Paul, Jean, Fofo Pierre Djagoun, Pierre Chaffara,Karim Assouma, Elie, Yvette...). Il faut avoir le courage de le reconnaître et de l'assumer. Le feu couvait depuis des années et nous n'avons pas su prendre toutes les dispositions pour l'éteindre. Peut-être l'avons-nous même activé inconsciemment ? Il est sage et urgent de faire la critique et l'autocritique de nos comportements et de nos agissements.
Il est urgent et sage que Fofo Samou et Mossé se téléphonent pour se rencontrer et discuter ensemble et trouver des solutions pour ramener la paix dans notre Maison.
Il est urgent et sage qu'ils prennent des initiatives pour panser les plaies malgré leur profondeur. Ils en sont très capables.
Ne pas le faire, c'est choisir délibérément d'abandonner les populations à des tensions inhumaines de toutes sortes. Et l'Histoire vous jugera. Et vous endosserez la lourde responsabilité. Compte-tenu de votre amour pour notre chère ville, vous n'arriverez pas à cette attitude basse. 
 Il devient donc urgent et sage de décrocher vos téléphones pour vous appeler et faire la Paix des Braves. Il faut commencer par se parler nécessairement
Si vous voulez réellement, vous pouvez contribuer ensemble et efficacement avec d'autres frères et soeurs
à ramener progressivement la paix à Kilibo et dans les localités environnantes.
Vous devez accomplir cette noble et citoyenne mission qui vous incombe.
Connaissant vos grandes qualités humaines, nous sommes convaincus que vous mettrez toute votre intelligence, tout votre dynamisme et toutes vos expériences pour vous rencontrer et prendre d'autres initiatives qui vont concourir à la Paix. Sans résolution de ces conflits personnels, toute réconciliation au niveau des populations sera impossible et toute ambition politique se soldera par des échecs
Tendez-vous la main s'il vous plaît au nom de Dieu.
Que Dieu vous aide et vous fortifie!
Très fraternellement !

Prince GABA Jayéola Alamou Jonas Atauwa Omo Woru Lago ojo pèpè luwin...koda kè sigidi loda onlaa...Sawé...
 
Lire la suite

Idohou Pelebe Augustin n'est plus ...

21 Mai 2010 , Rédigé par ibe_master

Idohou  Augustin PELEBE nous a quitté le Vendredi 14 Mai dernier à la suite d'une courte maladie . Idohou laisse derrière lui 4 enfants et une femme . Idohou PELEBE , talentieux compositeur , interprete de chants Guelede et Agbagba. Il nous laisse de façon brutale comme ce fut le cas pour son Père EJA Amadou dans les années 70 . Le grand frere Abel PELEBE , Agent des Eaux et Forets dut lui aussi nous quitter à la suite de longues maladies. Un destin comprable toute proportion gardée à celui des KENNEDY . Espérons que le malheur s'arrete au niveau de Idohou. Que Dieu tout puissant , CELUI là qui protège la veuve et l'orphelin veille sur son épouse et ses 4 enfants. 

Pour une dernière fois nous mettons en ligne quelques bribes de ces chansons avec la joieet l'intonation qui caractérisent ces interprettations . Salut l'Artiste !

Lire la suite