Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Iredey Blog Emergence

ISAAC CHALLA en détention provisoire a Paris

23 Juin 2011 , Rédigé par ibe_master

Démantèlement d’un réseau d’escroquerie sur internet en France :Le Béninois Isaac Challa en détention provisoire 
Source : Le Matinal du 23 Juin 2011

Pour avoir pris une part active dans une escroquerie en France et à Cotonou, le sieur Isaac Challa d’origine béninoise est mis en détention provisoire sur décision du Tribunal de grande instance (Tgi) de Paris. Mais les enquêtes judiciaires ont prouvé que loin de faire cavalier seul dans cette entreprise interdite, Isaac Challa reste un membre d’un nébuleux réseau d’escrocs béninois.


Le juge des libertés et de la détention du Tgi de Paris, Dominique Liziard, a ordonné dans une décision prise le 24 mai 2011, la mise en détention provisoire du sieur Isaac Challa qu’il avait placé sous mandat de dépôt. Il est accusé d’être dans certaines villes françaises (Paris, Antony, Metz, Nantes) au cœur d’un « système consistant à faire usage de faux noms et à proposer sous couvert d’identités fausses ou usurpées grâce à de faux sites internet destinés à capter les coordonnées correspondant aux mandats cash envoyés par les victimes, de faux appartements à louer ou à vendre, de faux placements, de faux matériels agricoles, de fausses voitures… ». En clair, il constitue l’un des pions importants d’une solide association de malfaiteurs spécialisés dans la cybercriminalité. Selon nos informations, Isaac Challa utilise de fausses identités, encaisse des mandats cash et remet des espèces correspondantes à d’autres membres du réseau en cause ou envoie des mandats à destination du Bénin et en réceptionne également au Bénin. Ces faits d’escroqueries perdurent vraisemblablement depuis plus de 2 ans et ont généré au détriment de plus d’un millier de victimes, la coquette somme de 800 000 euros. Selon le Code pénal français, ces faits dont la découverte a mis en mauvaise posture l’indélicat internaute et ses acolytes, constituent des infractions prévues et sévèrement réprimées. Il est à préciser qu’il a été prouvé l’existence de deux branches au niveau dudit réseau. La deuxième branche constituée d’individus réalisant de très nombreux retraits à Paris et Metz usurpait les identités des personnes existant véritablement et utilisait des photographies de personnes d’origine africaine âgées d’environ 25-30 ans.

Isaac Challa, cerveau d’une bande criminelle ?

De sources concordantes, les investigations conduites par le Tgi de Paris ont attesté que le réseau était composé de trois individus très actifs à savoir Monrayo Thoo, Isaac Challa opérant à Nantes et Simplice Ahouandjinou, qui lui est basé à Metz. Ces deux autres membres du réseau, une fois mis en examen, ont mis formellement en cause le sieur Challa comme leur ayant remis des documents d’identité et comme étant leur donneur d’ordre pour retirer des mandats cash. Mieux, une enquête minutieusement menée a confirmé le rôle déterminant d’Isaac Challa. En effet, un individu surpris le 26 novembre 2009 lors d’un retrait de mandat cash au bureau de poste d’Antony, a pris la fuite et laissé un passeport falsifié supportant la photographie d’Isaac Challa. L’étude de ce document a permis de savoir que 59 mandats provenant d’escroqueries avaient été perçus pour un montant total de plus de 56 000 euros. Les mêmes sources informent qu’à la suite des perquisitions réalisées dans la chambre de Monrayo Thoo à Nantes, Isaac Challa a été interpellé. Et il est possible de lui imputer 535 retraits pour 390 000 euros. Des indices très graves qui soulignent le niveau d’implication de ce béninois incriminé dans l’association des malfaiteurs démantelée. Il en serait même l’un des cerveaux, a confié une source proche du dossier. D’ailleurs, ce « cyber criminel » a accepté avoir été impliqué dans des escroqueries qui l’ont dépassé. C’est ainsi que soucieux de conserver les preuves ou indices matériels nécessaires à la manifestation de la vérité, et d’empêcher toute concertation frauduleuse entre le mis en cause et ses co-auteurs ou ses complices, le Tgi de Paris a décidé de mettre sous détention provisoire le sieur Isaac Challa. A tout le moins, cette affaire reste une situation préoccupante qui révèle une fois encore le rôle moins honorable que jouent de plus en plus certains Béninois dans les activités criminelles. C’est un dossier que la rédaction se propose de suivre de près.

AT

Lire la suite

Luc Ferry était payé plus de 4400 euros sans rien faire ...

11 Juin 2011 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Actualités

Matignon va payer pour Luc Ferry

L’ex-ministre de l’Education, épinglé par le «Canard enchaîné» et Paris-VII en flagrant délit d'absentéisme rémunéré à la fac, va bénéficier d'un arrangement peu banal.

73 réactions

Par VÉRONIQUE SOULÉ

Luc Ferry.

Luc Ferry. (© AFP Miguel Medina)

  • Réduire la taille de police
  • Réinitialiser la taille de police
  • Agrandir la taille de police
  • Imprimer l'article
  • Envoyer l'article à un ami
  • Réagir
  • Ajouter à mon Libé+

Matignon va bien rembourser à l’université Paris VII les salaires que Luc Ferry a perçus cette année comme professeur sans jamais mettre les pieds à la fac, comme l’indiquait Libération dès vendredi dans sa chronique Carnet de notes. La formule trouvée pour régulariser la situation de l’ex-ministre de l’Education est un détachement rétroactif, un dispositif peu banal qui vise manifestement à lui sauver la face.

En tant que président du Conseil d’analyse de la société (CAS), une structure rattachée à Matignon qui pond des rapports, Luc Ferry va en effet être détaché – a posteriori… – auprès des services du Premier ministre. A ce titre, Matignon va donc prendre en charge ses salaires de prof – 4499 euros nets par mois – depuis le 1er octobre 2010, date à laquelle sa précédente dispense d’enseignement arrivait à échéance. Matignon lui verse aussi déjà une indemnité 1800 euros par mois pour le CAS. Habituellement, les conventions de détachement entre des services de l’Etat se font très à l’avance.

Contactée par Libération, Paris VII (Paris-Diderot) expliquait jeudi être en train de calculer la facture pour la transmettre à la direction des ressources humaines (DRH) du Premier ministre. «Tout se passe de DRH à DRH, nous expliquait-on, nous sommes en train de faire la somme des salaires chargés». La signature de la convention, valable un an, c'est-à-dire l’année université 2010-2011, était annoncée comme imminente. 

Dans son dernier numéro, le Canard Enchaîné avait révélé que Luc Ferry touchait indûment ses salaires de professeur de première classe (juste avant la classe exceptionnelle) sans enseigner, et qu’il était resté sourd aux rappels à l’ordre du président de Paris VII Vincent Berger. Jusqu’en octobre 2010, Luc Ferry avait toujours bénéficié de dispenses d’enseignement avalisées par les ministres de tutelle (Education ou Enseignement supérieur). Mais les universités étant devenues autonomes depuis la LRU (la loi sur l’autonomie des universités), le président de Paris VII n’a pas voulu payer et lui a demandé des comptes.

Lire la suite

Charles W. AFOUDA arrache la médaille d'or ...

7 Juin 2011 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Economie

Promotion de la bonne gouvernance

«Bénin Espoir Ong» distingue Charles Wenceslas AFOUDA  qui arrache la médaille d'or

07.06.2011

Eméric Joël ALLAGBE
Ils sont au total 06 directeurs généraux de sociétés d'Etat, 02 Maires détectés et distingués pour leur mérite par le Réseau Bénin espoir Ong, sans oublier et les 04 autres responsables encouragés. C'est le Centre de promotion de l'artisanat (Cpa) qui a servi de cadre à cette cérémonie hier.  Décorer les meilleurs partenaires de la bonne gouvernance et les vrais acteurs du Bénin émergent ; tel est le leitmotiv du réseau Bénin espoir Ong à travers cette cérémonie de décoration de 12 personnalités béninoises.

Ces derniers, 02 Maires, 07 directeurs généraux de sociétés d'Etat et 04 autres responsables des structures pruvées et publics, de l'avis du président du réseau Henri Agassounon, sont sélectionnés chaque année pour recevoir leur couronnement pour la mission bien accomplie à la tête de leurs structures respectives. Au nombre des heureux élus de cette année, on peut citer entre autres:

Charles Wenceslas AFOUDA Directeur de la Marine Marchande et Directeur Général du Conseil National des Chargeurs du Bénin. Il est depuis Lundi dernier Directeur Général du Port Autonome de Cotonou . 

Laurent Assogba Directeur de la DNPS ;

Robert Akindé Directeur Général de ABePEC,

Yombo MALETE Directeur de la DANA ;

Solange SOUMANOU Directrice du Fonds d'aide à la culture ;

Olga da Silva Directrice Générale de l'Hôtel PLM Alédjo,

OUMAROU Lafia Boukari Maire de la commune de Nikki,

d'Amidou SALIFOU ATTA Maire de Bassila;

et des encouragements aux commandant Charlotte DJEGUI OKOUNDE des eaux fôrets et chasses,

de Elvis TONOUKOUN de la télévision CANAL3,

de Cyriaque AGLINGO Président de l'ONG EPSPE et de Ghislaine ADIMI de la télévision nationale.

POur le président du Réseau Bénin espoir Ong, le choix de ces derniers n'est pas un fait de hasard. Ils ont été minutieusement sélectionnés suivant des critères basés sur la qualité de la gestion financière, la gestion des ressources humaines et la gestion technique et administrative.

Dans son allocution, Henri Agassounon a rappelé que l'objectif d'une telle initiative de son réseau vise à promouvoir la bonne gouvernance pour l'émergence du Bénin et à reconnaître les mérites pour les efforts nobles et louables tout en motivant les récipiendaires à aller plus loin dans leurs efforts.

Selon le promoteur, l'homme de la situation, meilleur directeur général, deux fois décorés par le grande chancelière de l'ordre nationale, qui prone la gestion de la transparence au sein de sa société est Charles Wenceslas AFOUDA Directeur de la Marine Marchande et Directeur Général du Conseil National des Chargeurs du Bénin qui est parti avec une médaille d'or, un trophée, un certificat et des bons de réductions avec 60 pour cent de réduction pour la formation des ses agents pour la bonne gouvernance.

Mieux, cette initiative vise à promouvoir la gestion axée sur les résultats, à accroître les ressources de l'Etat par les investissements nationaux et internationaux et à rassurer les partenaires au développement et les bailleurs de fonds. Pour Charles Wenceslas AFOUDA, Directeur de la Marine Marchande et Directeur Général du Conseil National des Chargeurs du Bénin et porte-parole des récipiendaires, cette initiative du réseau Bénin espoir Ong mérite d'être saluée et encouragée. Puisqu'elle incite à faire plus d'effort pour mériter davantage cette marque de reconnaissance.

Lire la suite

Inédit au Bénin un gouvernement sans TCHABE ...

4 Juin 2011 , Rédigé par ibe_master

  Les Tchabe ne sont pas du tout contents ... 

Boni YAYI dépêche Elègbè et Chabi-Sika à Savè, Ouèssè et Tchaourou

 

La publication du premier gouvernement de Boni YAYI II, le samedi 28 mai dernier, a provoqué une vague d’indignations et de colère dans le pays Tchabè. Les populations des communes de Savè, de Ouèssè et de Tchaourou après avoir passé au crible la liste des 26 nouveaux ministres du premier gouvernement du deuxième quinquennat de Boni YAYI, ont dû se rendre à l’évidence qu’aucun cadre Tchabè ne figurait dans la nouvelle équipe gouvernementale. Omission, oubli ou acte prémédité, les interrogations se sont enchaînées traduisant un sentiment général de frustration d’autant plus que c’est la première fois depuis l’époque révolutionnaire en passant par le Renouveau démocratique qu’un cadre Tchabè ne siège pas dans un gouvernement. Le Général Mathieu Kérékou originaire de l’Atacora, en presque trente ans au pouvoir, a toujours mis au moins un Nago du pays Tchabè dans ses successifs gouvernements. Le Président Nicéphore Soglo n’a pas dérogé lui non plus à ce qui est devenu désormais une tradition politique à l’endroit d’un peuple qui regorge de cadres de qualité et dans presque tous les domaines de compétence. Boni YAYI, lui aussi depuis son avènement au pouvoir en avril 2006 n’a pas perdu de vue cette réalité, lui qui de surcroît est nago Tchabè, jusqu’à son remaniement du 28 mai 2011. La déception a été donc totale ; pas de Tchabè cette fois-ci autour de la table gouvernementale. Boni YAYI a voulu changer son fusil d’épaule. Mais au-delà des accès de colère et des cris d’indignation, le choix du Chef de l’Etat revêt une charge géostratégique qui n’échappe pas à un fin analyste politique. En réalité, Boni YAYI n’a pas créé un précédent grave entre lui et ses frères de sang ; bien au contraire, sa répartition des portefeuilles ministériels traduit un souci d’équité et d’équilibre des forces politiques et ethniques dans la 10ème circonscription électorale. Les Tchabè de la 10ème ont enlevé deux sièges au Parlement dans une région où les Mahis avec lesquels ils cohabitent en bonne intelligence constituent une force démographique et électorale importante. Faut-il alors perdre de vue cette réalité en attribuant un portefeuille à un Tchabè au détriment de son frère Mahi recalé aux législatives et dont les suffrages de ses parents ont contribué à élire le député Tchabè ? Ce sont des interrogations qui peuvent bien justifier l’option du Premier Magistrat épris de justice et d’équité. C’est vrai que la colère des Tchabè peut paraître aussi légitime mais il leur revient de faire montre de mansuétude envers leur frère Chef de l’Etat de tout le Bénin et qui a prêté serment de rendre justice à tous ses compatriotes. En dépêchant l’ancien ministre Amos Elègbè et l’Honorable Chabi-Sika Karimou pour une mission de bons offices auprès de ses frères et parents, Boni YAYI, Chef de l’Etat et Chef du Gouvernement fait montre d’humilité et par conséquent d’amende honorable car ses deux émissaires sont investis d’une mission d’apaisement et d’explication aux fins de faire baisser la tension latente dans le pays Tchabè depuis la publication de la nouvelle équipe gouvernementale.

  

 

Bernadin MONGADJI

Lire la suite