Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
Iredey Blog Emergence

Steve Jobs : "je vais détruire Android ..."

23 Août 2012 , Rédigé par ibe_master

Steve Jobs : "je vais détruire Android parce que c'est un produit volé"

Walter Isaacson, biographe officiel de Steve Jobs, relate dans son ouvrage à paraître lundi que le défunt patron d'Apple avait une sérieuse dent contre Google. Jobs serait allé jusqu'à affirmer à Eric Schmidt qu'il consacrerait si nécessaire ses dernières forces à « détruire Android ».

Steve Jobs 1955 2011

On savait Apple prête à défendre farouchement les développements liés à son système d'exploitation mobile des assauts de la concurrence, comme en témoignent les homériques batailles judiciaires que se livrent la firme et Samsung. On ne se doutait en revanche pas forcément de l'importance que revêtait la question pour Steve Jobs qui, d'après son biographe autorisé, en aurait fait une affaire personnelle.

Dans son Steve Jobs, qui paraîtra lundi outre Atlantique, Walter Isaacson rapporte en effet le terrible coup de sang qu'aurait piqué le patron d'Apple en janvier 2010, suite aux annonces consécutives du Nexus One équipé d'Android 2.1 et de l'interface Sense développée par HTC.

« J'y consacrerai mon dernier souffle s'il le faut, et je dépenserai chaque centime des 40 milliards de dollars qu'a Apple en banque pour faire rectifier ça », aurait déclaré Jobs à Isaacson. « Je vais détruire Android, parce que c'est un produit volé. Je suis prêt à aller jusqu'à la guerre thermonucléaire à ce sujet ».

Jobs ne sera finalement pas si belliqueux, mais il prendra soin de communiquer lui même pour annoncer l'ouverture de poursuites contre HTC quelques semaines plus tard.

Eric Shmidt, patron de Google, et présent jusqu'à l'année précédente au conseil d'administration d'Apple, aurait fait le déplacement de Mountain View à Palo Alto pour rencontrer Steve Jobs à ce sujet et proposer une résolution à l'amiable du litige.

« Je ne veux pas de ton argent. Même si tu m'offres 5 milliards de dollars, je n'en veux pas. De l'argent, j'en ai. Tout ce que je veux, c'est que vous cessiez d'utiliser nos idées au sein d'Android », lui aurait répondu Jobs, sans ambages et sans la moindre volonté de conciliation.

Pour réaliser cette biographie « autorisée », Isaacson a pu s'entretenir à plus de trente reprises avec Steve Jobs. Difficile de penser que Jobs, passé maître dans l'art de la communication, n'a pas soigneusement pesé ses déclarations, afin que le texte final reflète au plus près l'image qu'il souhaitait laisser derrière lui. Steve Jobs est mort le 5 octobre dernier, des suites d'un cancer du pancréas




Lire la suite

Situation de crise économique de notre pays

2 Août 2012 , Rédigé par ibe_master Publié dans #Actualités

Situation de crise économique de notre pays


Je me fais l’invité de ce débat sur la « crise au Bénin ».
Trois instruments régulent l’ordre et la discipline dans un pays
organisé et civilisé : l’éducation, la justice et la police.
L’éducation agit de façon préventive, la justice tempère les ardeurs
et la police corrige les déviances.
Selon leur nature, les dirigeants du monde agissent diversement sur
chacun de ces leviers. Dans les Etats policiers par exemple, c’est par
la peur de la répression brutale que le peuple se discipline et
s’assagit. Dans les Etats pseudo-démocratiques, la justice aux ordres
est suffisamment outillée pour ramener à la raison les opposants qui
passent en toute légalité l’essentiel de leur existence dans le
goulag.
Le Bénin émergeant, en ouvrant les portes de l’école à tous ses fils
et en restaurant le service militaire et patriotique à sa jeunesse a
choisi d’accorder la priorité à la pacification de l’espace publique
par un comportement civique et digne volontairement et consciemment
consenti du citoyen.
Mais voilà ! C’était sans compter avec l’habileté manœuvrière, la
fertilité créative et l’inventivité prolifique des redoutables
gestionnaires de l’idée et de la parole, les spécialistes du verbe !
Un, deux, trois, peut-être même dix cas de défaillances ont suffi pour
que les méchants gratuits croient enfin avoir mis la main sur une
source potentielle de déstabilisation du pays.
Est-il juste de dénier au Bénin, au nom de soi-disant difficultés
économiques, le droit de se préoccuper de l’éducation et du civisme de
ses citoyens, de son unité nationale à partir du partage des valeurs
communes, d’une connaissance l’un de l’autre et du pays ?
Voyez notre environnement régional fait d’un Nigéria où sévit le «
Boko’Haram », d’un Tchad, d’une Centrafrique ou d’un Niger
chancelants, d’un Mali déchiré, d’une Côte d’Ivoire fumeuse, d’un Togo
frissonnant, … et j’en passe …
Que comprendre du relais suspect sur notre forum du discours du
revanchard abbé Quénum, ce vieux prélat enragé par une condamnation à
mort mal digérée de l’ère révolutionnaire, soucieux depuis lors d’en
découdre avec tout ce qui sent le septentrion ? Piètre prestation d’un
des représentants locaux du Saint-Père, homme de Dieu supposé
véhiculer l’amour entre les hommes, prêcher le pardon, et qui
subitement se positionne à l’antipode des valeurs que devrait incarner
sa soutane qu’il a tronquée contre l’habit du malin animateur
politique, instigateur, au nom de la respectueuse et vénérable
corporation des grands prêtres de notre pays, d’un document
maladroitement goupillé par une opposition nationale effritée,
divisée, émiettée, malmenée et terrassée sur son propre terrain de
prédilection,.
Pourquoi, dans une conjoncture mondiale où la Corée, le Mexique,
l’Irlande, puis la Grèce, le Portugal, l’Espagne et même l’Italie se
font de gros soucis, tient-on absolument à considérer seul enfer
terrestre le Bénin qui, sans aucune ressource du sous-sol en
exploitation, paie régulièrement les salaires, entretient en
fonctionnement normal toutes ses institutions républicaines
(assemblée, cour constitutionnelle, cour suprême, haute cour de
justice, haute autorité de l’audiovisuelle et de la communication,
conseil économique et sociale, …), ne limite en rien l’expression
libre des citoyens, ne connaît aucun exilé politique, entretient ses
anciens présidents et attire des investissements dans de nombreux
secteurs ?
Trop facile de critiquer et de tout critiquer ! Le Bénin, avouons-le
pourrait mieux se porter s’il était mieux géré. Mais pour qu’il en
soit ainsi, je ne suis pas sûr que les discours hargneux de ce forum y
joueront un quelconque rôle.
Des gens savent très bien à qui ils auraient pu s’adresser pour
s’informer sur les difficultés du service militaire et porter leurs
recommandations. Mais comme ce qu’ils visent n’est pas l’amélioration
du système, mais plutôt son effondrement , ils préfèrent  la langue de
bois.
Je voudrais, pour ma part rassurer les uns et les autres que notre
pays, malgré les difficultés conjoncturelles qu’il traverse, et qui
relèvent plus de l’environnement international et régional que des
inaliénables dysfonctionnements internes, n’est nullement au creux de
la vase et que les fondamentaux de notre économie sont solides et
résistent bien mieux que ceux de certains pays à grandes ressources.
Les difficultés existent donc et sont réelles, mais notre Etat y fait
face courageusement, avec ses moyens et avec son génie. Elles ne sont
ni nouvelles, ni les pires de l’histoire de notre pays. Point n’est
donc besoin de les dramatiser ou de les instrumentaliser ni de les
ethniciser.
Autant un tchabè peut désapprouver la politique d’un président tchabè,
autant un non tchabè peut l’approuver. Et ne l’oublions jamais, chacun
a un père, mais aussi une mère, et chacun d’eux venant de quelque
part, rien n’oblige ni à se ranger du côté de l’un ni à s’y opposer.
Bonne fête de l’Indépendance à tous.
Que Dieu bénisse notre pays et que vive le Bénin béni !

M. CHABI Salomon

Lire la suite